Le Forum ENDURO59.COM
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


L'enduro au Nord de la France
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  Le site ENDURO59Le site ENDURO59  
Le Deal du moment : -29%
– 200€ sur le Robot multifonction Moulinex ...
Voir le deal
499.99 €

 

 pour ou contre la chasse

Aller en bas 
AuteurMessage
piero

piero

Masculin Nombre de messages : 617
Age : 37
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 27/06/2010
Points : 698

pour ou contre la chasse  Empty
MessageSujet: pour ou contre la chasse    pour ou contre la chasse  EmptyDim 25 Sep 2011 - 11:42

j'ai trouver ca sur le net !!!! je vous laisse lire (pour ma part ,je diré que c'est pas faux) et j'en connait des chasseur !!!!! allez donnais votre avis qu'on se marre un peu geek

Contre la chasse et la pêche : ces traditions de merde
Toutes les traditions ne sont pas bonnes... Tuer pour le plaisir et par habitude n’est pas très humain.

Contre toutes les formes de chasse et de pêche. La tradition et la liberté individuelle ne justifient pas qu’on assassine des animaux. Pêcheurs et chasseurs sont des assassins tortionnaires, des serial killers sadiques aux circonstances aggravantes, qui s’attaquent gratuitement à des victimes innocentes et sans défenses. Dans la chasse et les dérives sécuritaires, on observe les mêmes instincts de traque et d’élimination du sauvage et du libre.
/ Le Mouvement / Articles / Contre la chasse et la pêche : ces traditions de merde


C’est la saison de la chasse, le moment où des coups de feu éclatent le dimanche matin dans la campagne pour vous souhaiter un réveil guerrier.
La chasse et la pêche traditionnelles consistent à traquer, dans des territoires plus ou moins délimités, des animaux plus ou moins sauvages afin de les tuer. Quels que soient les méthodes et les buts : chasse à courre ou à l’affût, pêche à la mouche ou au harpon, chasse de subsistance ou commerciale..., la finalité est la même : débusquer et mettre à mort des animaux qui vivent dans la nature. Dans nos pays, le fusil et la canne à pêche sont les plus souvent utilisés, plus les divers pièges des braconniers.

A l’époque actuelle, dans tous les pays industrialisés, la domestication des animaux et l’agriculture ont rendu la chasse (dorénavant, j’emploierai le mot chasse dans un sens général, qui englobe toutes les formes de chasse et de pêche) inutile et inefficace comme moyen de se nourrir et de se vêtir. Il faudrait d’ailleurs voir si elle était si indispensable dans le passé. L’élevage de masse fournit toutes sortes d’animaux consommables, à volonté et sur mesure. Néanmoins, la chasse, sous différentes formes, est toujours très présente dans beaucoup de pays. Elle n’est plus pratiquée par nécessité, mais pour le plaisir. Ou, tout du moins, la nécessité ne peut plus être invoquée sérieusement. Quant à la chasse commerciale, ses abus ont été tels qu’elle est maintenant très contrôlée dans la plupart des pays. Mais le massacre continue dans la pêche commerciale, artisanale ou industrielle.
Il existe par ailleurs une pêche dite « sportive » qui relâche le poisson sans le tuer. C’est bien sûr moins pire pour le poisson, mais ce n’est toujours pas une attitude éthique digne d’un être humain et le poisson en bave encore. Les poissons ne sont pas des joujous qui prennent plaisir à se faire traquer et sortir de l’eau accrochés à un hameçon. Le sport ce n’est pas s’amuser au détriment d’autres créatures. Je ne crois pas qu’on puisse encore parler de chasse ou de pêche pour ces cas là, vu qu’il n’y pas mise à mort, il faudrait plutôt parler de jeux cruels.

On chasse pour être dans la nature et faire de l’exercice. Ce sont des sorties entre amis, des habitudes sociales qui donnent le sentiment d’appartenir à un groupe solidaire. Certains jouent les commandos en mission dans la jungle, avec treillis et cris de Sioux. D’autres trouvent l’occasion de s’affirmer, de se croire supérieurs. Loin de leurs épouses (on voit peu de femmes chasseuses) et de leurs patrons, ils commandent à un chien et ils brandissent un fusil qui leur offre le pouvoir de donner la mort. D’autres ont trouvé un bon plan pour glander et picoler peinards...

Bref, tout le monde s’efforce de prendre son pied à sa manière et se moque éperdument de la souffrance des animaux. Les chasseurs ne se posent pas plus de questions quand ils achètent leur bavette ou leur saucisson au supermarché. Bien sûr, il y a des règles pour « moraliser » et contrôler la chasse, on ne peut pas tuer n’importe quel gibier, n’importe quand et n’importe comment. Les chasseurs « protègent » et élèvent les animaux qu’ils veulent tuer. Finalement, ils gèrent les rares étendues « sauvages » qui restent comme le paysan sa ferme. Ils font des lâchers de faisans pour faire des cartons comme à la fête foraine, ils instaurent des quotas d’abattage et lancent des programmes de repeuplement. Il y a même certains fanatiques qui ne veulent pas du tout toucher à la nature et se contentent de tuer quelques bêtes, à l’ancienne.
On trouve donc de tout : du pêcheur alcoolique pour étang où les truites ont été lâchées la veille jusqu’au « Rambo » ascétique qui se lève avant l’aube pour chasser le sanglier à l’arc, en passant par le marquis d’un autre âge amateur de chasse à courre et le PDG gras du bide qui paye cher pour des safaris organisés en Afrique.

Rien de commun entre ces personnages ? Pas si sûr. Contrairement à la guerre et aux crimes illégaux, ils peuvent, avec la chasse, donner sans danger libre cours à leurs instincts primaires. Les meurtres prémédités de certains animaux sauvages sont légaux et même bien vus (au moins dans leur milieu), pourvu qu’ils respectent certains codes et procédures (un peu comme feu la peine de mort en France, sauf qu’on se demande de quoi le lièvre ou la carpe sont coupables).
Derrière les coutumes et la fameuse convivialité, on retrouve quand même le plaisir de dominer un animal. On a d’abord les délices de la traque : l’homme use de ses ressources de ruse et d’habileté, aidé par son chien fidèle et des objets de sa fabrication (armes, véhicules, jumelles, appâts...), pour coincer un animal. Sa « supériorité » se verra conforter par le fait qu’il peut « avoir » un animal sauvage. Souvent, il dédaigne même les moyens techniques trop sophistiqués qui ne laisseraient aucune chance à la bête... et aucun piment à cette poursuite mortelle. Le chasseur s’amuse donc au gendarme et au voleur avec l’animal ; seulement c’est toujours l’homme qui fait le gendarme et le voleur sera mis à mort sans procès sitôt à portée de fusil ou d’arc.

La chasse est moins policée et les spectateurs sont rares, on peut néanmoins la comparer avec la corrida. L’animalité sauvage est mis à mort au terme d’un rite où la victime non-consentante a soi-disant ses chances. Dans les deux cas, on parle de maintien des traditions et du renforcement des liens sociaux.

C’est donc le coup de grâce qui conclut cette excitante partie de cache-cache. Les chasseurs sont souvent un peu tristes car ils signent alors la fin du jeu. Mais pour que leur domination soit complète, il faut qu’ils tuent la bête, qu’ils rapportent un trophée, une preuve tangible de leur virilité. Et puis le plaisir de donner la mort sans danger n’est quand même pas négligeable. Peu leur importe que les animaux se passeraient bien de ce genre de cadeau meurtrier. Parfois, ils poussent le vice en faisant durer la torture, cerfs ou espadons sont menés à épuisement.

Ils aiment le pouvoir d’arrêter la vie dans son élan, d’un coup, quand ils l’ont décidé. L’animal est encore plus soumis et inférieur quand il est mort et ressemble à un objet, avec des gouttes de sang sur sa fourrure ou ses plumes, comme nous le démontrent avec insistance tous ces tableaux obscènes qu’on nomme justement « nature morte ». La bête sauvage perd alors son côté mystérieux et sa liberté insolente, et cesse d’être intéressante pour le chasseur puisqu’elle ressemble une fois morte à n’importe quel animal d’élevage. C’est le côté sauvage indomptable qui à la fois plaît et inquiète. C’est plus amusant de tuer un sanglier en montagne que d’égorger un poulet dans sa cave. L’animal sauvage se défend, il se cache, il peut s’échapper et peut même s’avérer menaçant (sanglier ou cerf), il représente une liberté à détruire et dominer. Tandis que pour eux, le canard de basse-cour est déjà un objet, une simple machine sans intérêt autre que le profit, incapable de se défendre et de s’échapper. Peut-être que les chasseurs en veulent aux animaux sauvages, ces derniers sont libres alors que les préhommes ont dû renoncer à leur liberté pour être un sujet fonctionnel de la « société ». En chassant, ils espèrent conjurer leur déchéance et leur statut d’esclave volontaire. En forêt avec leur flingue ou sur l’océan avec leur canne sportive, ils ont l’impression d’être libres quelque temps (un peu comme les excités du volant qui se défoulent sur les routes en sortant du boulot). En tuant du sauvage, ils s’affirment, ils tentent d’affirmer leur liberté en détruisant celle des autres. Comme les chasseurs d’antan, ils espèrent naïvement et inconsciemment que la liberté de l’animal passera en eux ? On retrouve là les mythes de la nature pure et du retour au paradis perdu.

Pour se rassurer et conforter sa position chimérique de maître du monde, le préhomme tient à asseoir sa domination sur le sauvage. Il veut que rien ne lui échappe ; d’ailleurs il élimine les prédateurs concurrents, surtout ceux qui peuvent le bouffer lui, le maître de la jungle. Il adore la chasse, mais à sens unique, pas question pour lui d’être le gibier d’un félin, d’un crocodile ou d’un anaconda !

Certains chasseurs, un peu conscients de leurs crimes ou ayant moins étouffé leur sensibilité, sont un peu honteux et tentent de minimiser leurs actes. Ils disent qu’ils vont à la chasse surtout pour se promener et qu’ils tuent rarement, qu’ils laissent toutes ses chances à l’animal... Ils sont encore plus coupables que les viandards décérébrés, vu qu’ils continuent à chasser : par goût pour le sang, par lâcheté, pour être considérés comme de vrais hommes et rester intégrés dans le groupe.
Mettez-vous un peu dans la peau du lapin ou du sanglier, traqué par des chiens hurlants, épuisé à force de foncer dans les broussailles, toujours sur le qui vive pour se cacher dès qu’il sent un humain, et vous comprendrez l’atrocité de ce genre de violences. Imaginez la terreur et le calvaire interminables des poissons, qu’ils soient pêchés à la ligne ou au filet industriel. Quelle preuve éclatante de spiritualité : chasser et détruire la création au lieu de l’aimer et de l’aider !

Dans certains pays, des individus chassent pour le profit des espèces plus ou moins rares. Ils pillent sans pitié la nature pour revendre fourrures ou cornes. Les « vrais » chasseurs vous diront que ce n’est plus de la chasse puisque ces « commerçants » ne tuent pas pour le plaisir, qu’ils ne préservent pas les espèces et ne veulent pas laisser de chances à leurs proies ! Comme si les chances étaient équilibrées d’habitude !
Dans les pays où la chasse est encore très utile pour se nourrir, tout le monde trouve cette pratique normale. Personne ne songe à trouver autre chose et préfère viser l’élevage, qui est encore pire.

Dans nos pays riches, on chasse pour se faire plaisir. La peur, la souffrance et la mort des animaux sauvages traqués, blessés et abattus comptent pour du beurre. Les chasseurs ont simplement différentes manières d’envisager et de pratiquer la chasse : plus ou moins sordide, plus ou moins meurtrière, plus ou moins « écologique » ou technologique... Ces « modes » ne sont pas dus au souci qu’ils auraient pour les animaux, mais simplement issus des traditions et conceptions locales.
Dans le fond, ils s’agit toujours de se faire jouir en affirmant violemment sa soi-disant supériorité, de se rassurer sur sa virilité et sur sa séparation d’avec le monde animal.

Actuellement, c’est la chasse dite sportive qui fait le plus de victimes et qui est paradoxalement la mieux considérée. La chasse de subsistance fait un peu arriérée, la chasse commerciale fait requin sans cœur avide de profit, tandis que les chasseurs sportifs se considèrent comme les vrais amoureux de la nature, des bienfaiteurs modernes, ceux qui la régulent et la protègent. Drôle de façon d’aimer que d’assassiner de manière effroyable les animaux. Il faut dire qu’on retrouve là les habitudes virilistes et machistes couramment appliquées dans les relations ordinaires entre garçons et filles. Je t’aime, donc je te domine et te tue.

Les chasseurs sont donc pires que n’importe quel prédateur. Les animaux sauvages, au moins, ne s’entretuent que pour se nourrir et se reproduire, et avec modération.

Non contents d’avoir créé des animaux esclaves transformables en steaks, les préhommes approuvent le fait de traquer à mort les bêtes encore en liberté (en plus, cette liberté est souvent surveillée). Ils ne pourraient pas leur foutre la paix non !? Les bêtes en bavent déjà bien assez avec leur survie ordinaire, il faut en plus qu’elles évitent ces humanoïdes en treillis qui n’ont rien trouvé d’autre pour s’occuper et se faire plaisir.

La survivance de la chasse (quelle qu’en soit la forme) prouve (parmi des tas d’autres preuves) que la barbarie préhumaine est bien vivante et n’est pas près de s’éteindre. La chasse à l’homme (en temps ordinaire) n’a plus cours, les exécutions capitales ne sont plus publiques et sont mêmes interdites dans beaucoup de pays, les barbares ne peuvent se satisfaire du 20 H et des films de fiction, il leur faut faire couler le sang pour affirmer fièrement leurs choix, pour s’enfoncer et se conforter dans la voie nihiliste qu’ils ont choisie.

Certes, ce n’est pas la chasse qui fait le plus grand nombre de victimes, les abattoirs crachent la mort par milliards toute l’année. Il n’empêche que c’est un acte odieux qui n’a pas à être défendu par la tradition et le droit à la liberté individuelle (la liberté unique des humains). Les animaux sauvages ne sont pas des choses qu’on peut massacrer le dimanche pour le « sport ».

Si un jour la chasse disparaît pour de bon de la préhumanité, à cause des mentalités moralistes de la propreté d’apparence (qui se moquent en revanche du massacre des animaux d’élevage), des protections écologiques, de la raréfaction des espaces disponibles..., ça ne voudra pas du tout dire que les mentalités seront moins sanguinaires. La violence et les pulsions seront simplement refoulées, trouveront d’autres dérivatifs et seront prêtes à se déchaîner dans certaines occasions.
Il peut aussi y avoir transfert des actes individuels violents sur une puissance publique tyrannique et répressive. L’Etat et ses représentants se chargeront de mener des chasses à l’homme rationnelles et légales, pour protéger la collectivité et assurer la sécurité, bien sûr. C’est sans doute moins jouissif que d’appuyer soi-même sur la gâchette, mais c’est plus confortable et ça flatte la bonne conscience puisqu’il s’agit, en théorie, de traquer et de harceler des criminels abominables. Quantité de dictatures plus ou moins totalitaires se sont appuyées sur ce genre de ressort, et on voit que nos chères « démocraties », avec leur délire sécuritaire, sont à fond dans cette voie.

La chasse, c’est la joie de la traque et de l’élimination (si possible par une mise à mort). Les systèmes policiers fonctionnent sur le même modèle et peuvent parfaitement se substituer à elle. Quand on veut traquer les « sauvages » et chasser les déviants, débusquer les pauvres, les sectes, les pédophiles, les raveurs, les prostitué(e)s et les sans-papiers, ceux qui ne respectent pas les lois ou qui simplement se rebellent, quand on veut les mettre à l’écart, les enfermer, les mutiler, les éduquer de force, voire les exécuter..., on « case » les mêmes instincts de traque, de domination et de violence, pour la bonne cause évidemment ! Ce n’est pas par hasard si le vocabulaire et les instruments utilisés sont les mêmes dans la chasse, la guerre et la police.
Dans la chasse et la dérive sécuritaire, on oppose pareillement la « société » policée, soi-disant évoluée et les forces définies comme brutes, sauvages et violentes, extérieures et étrangères. Par les discriminations, l’enfermement ou la mise à mort, on évacue le problème posé, on affirme la supériorité du prétendu civilisé, et surtout, on évite de voir que la violence sauvage fait partie intégrante de la « société », qu’elle en est même le fondement.

Les loups et les aigles à visage humain sont cent fois pires que leurs homologues à plumes ou à poils.


ils dois surement y avoir le meme genre genre de texte contre l'enduro mais ils on surement moin d'argument Wink pour ou contre la chasse  693828
Revenir en haut Aller en bas
grand

grand

Nombre de messages : 831
Age : 51
Localisation : beaumont
Date d'inscription : 16/01/2010
Points : 961

pour ou contre la chasse  Empty
MessageSujet: Re: pour ou contre la chasse    pour ou contre la chasse  EmptyDim 25 Sep 2011 - 15:07

PPPFFFF t'est fou , t'as vu tout ce qu'il y a a lire pour ou contre la chasse  937165 lol!

bon perso j'ai pas tout lu , mais pas spécialement pour la chasse , lors de certaines sorties on a déjà tomber sur certains gars avec lesquels tu sais discuter qui n'ont pas d'apprioris specialement sur nous avec nos engins motorisés et qui remarques qu'on essayes de ne pas aller les enmerder lorsqu'ils mon leur panneaux avec les dates de chasses
A l'instar de ça tu a le gars avec son calibre 12 qui se prend pour un cowboy le genre avec qui on a dejà eu quelques petite altercations et pour terminer , la discution se passe plus avec les mains qu'autres choses
J'ai horreur de ce genre d'individues qui s'accapare les chemins , les champs ,bois...... tout ces petits bourgeois de mes c.... qui vous prènnent pour de la merde et qui par dessus tout a plusieurs reprises j'ai déjà pû constater personellement qui laisse parfois souffrir le gibier ,soit pas encore tout a fait mort et vas y qu'on le balance comme ça dans une remorque et il crèvera bien par après soit qu'on laisse les chiens jouer avec jusqu'a ce que l'animal meurt d'épuisement ou de ces blessures c'est bien la chose qui me rend fou ...
Maintenant ils ne sont pas tous a mettre dans le même sac , il y a aussi chez nous des connard d'enduristes
Enfin bref pour résumer , suis pas pour la chasse du tout Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
piero

piero

Masculin Nombre de messages : 617
Age : 37
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 27/06/2010
Points : 698

pour ou contre la chasse  Empty
MessageSujet: Re: pour ou contre la chasse    pour ou contre la chasse  EmptyDim 25 Sep 2011 - 17:14

+1 grand Wink ! c'est vrai ya beaucoup a lire mais tu vois la chasse autrement apres avoir lu ca !!!
d'autre avis!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
etinag

etinag

Masculin Nombre de messages : 2102
Age : 58
Localisation : l'atelier
Date d'inscription : 17/12/2007
Points : 2424

pour ou contre la chasse  Empty
MessageSujet: Re: pour ou contre la chasse    pour ou contre la chasse  EmptyLun 26 Sep 2011 - 10:42

Le Grand a raison; t'es fou ou quoi ?? lol!

Sinon mon humble avis:

Etant cerné par les bois et campagne et connaissant de près pas mal de chasseurs, je peux dire, dans mon cas, qu'ils vivent leur passion comme nous, ni plus ni moins!
Chaque "loisirs" a ses contraintes et forcément, on ne voit pas de la même façon si on est d'un côté ou de l'autre, si on regarde d'un côté ou l'autre d'un objectif ( c'est le machin au bout d 'un appareil photo hein ;-) )

Et pis je connais même des chasseurs qui n'ont pas tirer un seul coup de fusil et qui attendent avec impatience le moment de déguster le pot-au-feu qui a mijoté avec amour et servi au fond d'un cabanon à la lueur d'une lampe à pétrole et se réchauffant à grand coup de ch'ti canon et de gnôles improbables...

Sinon ci-dessous genre de commentaire qui circule sur le net au sujet des motards ( bon c'est vrai c'est pas spécialement dédié aux enduristes mais la moitié d'entre nous a une routière ;-) )
Et suis certain d'en trouver de quoi faire une série de bouquin en 18 volumes ;-)
(Toff pourrai faire des recherches la-dessus non ? ) peut-être en tapant "cul marron" sur Google pour ou contre la chasse  269697


LE MOTARD
Le motard est un mammifère décérèbre a deux roues qui se déplace sans logique apparente et très vite. La femelle, plus rare, appelée également "La morte motorisé" a une logique de déplacement totalement abstraite qui laisse perplexe bien des scientifiques ( comme a peu près tout ce qui concerne les actes féminins me direz vous...)

LOCALISATION
Les motards sont du type parasite ils sont donc très répandu dans les zones tempérées de notre planète. Les régions polaires sont épargnées par ce fléau, les gens qui y habitent ,les esquimaux , sont venus la pour cette raison ( oui il faudrais être particulièrement con sinon, vu comme ça caille ).

OBSERVATION
Il est très facile d'observer un motard a l'arrêt:

-Sur la terrasse d'un bistrot ou d'un quelconque débit de boissons alcoolisées.

-Contre les platanes, les barrières de sécurité et sur la calandre d'un gardois ( a ces endroits leur formes et leur consistance peut changer )

L'observation de ce spécimen est autrement plus difficile quand il est en mouvement du fait de la vitesse et de la façon dont il se déplace ( nommée communément zigzag ), il faut que le motard, si l'on met de coté l'espèce "bikeur" qui se caractérise par sa forte pilosité, son hygiène risible et sa lenteur, se déplace systématiquement au maximum de ses capacité ( motrice pas intellectuelle bien sur ).

PSYCHOLOGIE
Le motard pense que l"État, les conducteur de voitures et en gros tout ceux qui ne sont pas motard sont contre eux et ils font tout leur pourrir la vie, ils ont même comploté de leur imposer le code de la route heureusement pour les motards il est de notoriété publique qu'ils sont pas sujet.

Pour les motards la vitesse rime avec sécurité, si ils ne vont pas plus vite qu'une voiture ils se sentent en danger. Ils justifient cela pas une sombre théorie d'angle mort comprise uniquement de leurs semblables.

Le cote gauche d'une voie de circulation leur appartient, il est interdit de s'en servir a tout autre véhicule. L'autre tic nerveux qui consiste a lever leur pied droit en doublant les voitures qui les ont laissé passer est la pour rappeler qu'ils vous péteront le rétroviseur a coup de pied si vous oubliez encore.

Wink lol!



Revenir en haut Aller en bas
Pilou
Modérateur
Pilou

Masculin Nombre de messages : 5290
Age : 58
Localisation : Beauraing, Belgique, Europe
Date d'inscription : 05/06/2008
Points : 5347

pour ou contre la chasse  Empty
MessageSujet: Re: pour ou contre la chasse    pour ou contre la chasse  EmptyLun 26 Sep 2011 - 10:58

En effet, c'était long à lire ... Laughing

Mais, pour avoir plusieurs chasseurs dans mes amis, la chasse est souvent nécessaire.

Car, avec la déforestation, la zone d'habitat des animaux sauvages de nos contrées diminue, et ceux-ci doivent se déplacer pour se nourrir...
Et comme il n'est jamais agréable de croiser un sanglier sur la route, il faut bien en éliminer une certaine quantité chaque année (et même chose pour les cerfs, chevreuils et autres)

Ils abîment les cultures aussi; récemment, dans un champs de maïs à 2 pas de chez moi, un ou plusieurs sangliers y ont passé une partie de la journée et je peux te dire que les dégâts étaient assez impressionnants.
L'était pas heureux le fermier ...

Maintenant, la chasse m'embête aussi, cela m'empêche de rouler ...

Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gigapc.be
piero

piero

Masculin Nombre de messages : 617
Age : 37
Localisation : valenciennes
Date d'inscription : 27/06/2010
Points : 698

pour ou contre la chasse  Empty
MessageSujet: Re: pour ou contre la chasse    pour ou contre la chasse  EmptyLun 26 Sep 2011 - 13:55

haha trop fort toff tu ma sorti les meme argument que l'oncle a ma femme,lui c'est un chasseur pur et dur il a 80 pige et cri fort quand on critique la chasse!!mon pere eté chasseur ,et j'ai encore d'autre chasseur dans mon entourage !et un chasseur c'est un passionné ca c'est sur !chacun sa passion c'est sur !je respecte je voulais juste avoir des avis moi personnellement je reste contrej'adore la nature alors limite pour les sanglier je comprend qu'en voiture c'est embetant de se prendre un sanglier surtout quil son jamais assuré , lol! mais l'idé de tué des animaux tous les dimanche par plaisir (ou par passion)meme si c'est utile c'est pas mon delire!!!pour ceux qui est des champ de mais ou autre ben je diré que c'est la nature quand y'a une tempete on tire pas au fusil sur les nuage ! ben je diré que les pauvre sanglier,chevreil et lievre il leur reste plus beaucoup d'espace pour vivre ou se nourrir la cause a l'agriculture intensive et au betonnage du moindre metre carré!pour le coté bonne franquette la chasse c'est bien!les bon petit plat,la se retrouver en pleine nature et observé ,j'ai meme passer des nuit a la hutte avec mon pere etant gamin et j'en garde de bon souvenir !j'aime le coté nature de la chasse !mais j'aime moin le fais de porter l'arme et tué des animaux pour se faire plaizir !ca c'est pour la pratique generale de la chasse !apres si on commence a parler de tous les connard qui eux merrite la palme de la connerie,on peut citer divers exemple!! ya ceux pour ou contre la chasse  519764 qui te mette en joue parce que tu passe trop pres de sa proprieté y'en a qui se son carrement approprié les chemins,ceux qui tu des chat (ca se mange pas du chat) ceux qui chasse bourré (un mec bourré tu le met ds un bois avec un guidon ds les main il est quand meme moin dangereux quavec un fusil,enfin moin dangereux pour les autre du moin) ya ceux qui laisse leur cannette et leur cartouche n'importe ou!et puis y'en a il aime tellement la chasse qu'il pose meme des piege mais des piege pour enduriste ,du genre barbellé,ou planche a clou !enfin c'est sur il son pas tous comme ca! sinon moi j'ai tout lu le message a etienne pour ou contre la chasse  937165 j'avoue y'en avé moin a lire mais je lé est trouvé marrante les vanne sur les motard en plus y'a des truc vrai! en tous cas j'habite en peine zone de chasse et depuis dimanche c'est reveil au coup de fusil ,et perso j'ai bien vu quelque chevreuil que j'ai pris plaisir a admirrer ,tous comme les lievre et lapin qui squatte mon chemin ou ma pelouse mais il m'on jamais deranger bien au contraire (meme si ca mange mes fleur et gratte ma pelouse) et ben a tous ceux la je leur souhaite bonne chance la chasse est ouverte !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




pour ou contre la chasse  Empty
MessageSujet: Re: pour ou contre la chasse    pour ou contre la chasse  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
pour ou contre la chasse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum ENDURO59.COM :: LA BUVETTE du FORUM :: Discussions Générales-
Sauter vers: